Déja la pension

Difficile d'envisager la pension1 alors que votre vie professionnelle débute! Pourtant, très vite le sujet de la pension s'invitera dans les conversations professionnelles et alimentera votre réflexion personnelle.

Vos partenaires sociaux et professionnels - qu'il s'agissent de votre employeur, de votre banquier, de votre assureur ou de votre caisse de sécurité sociale – prendront rapidement le relais!

C'est un véritable enjeu social et sociétal – les media nous le rappelle régulièrement - qu'il est important d'intégrer et d'anticiper … alors autant le faire dès aujourd'hui.

Notre objectif est ici de porter à votre connaissance les grandes lignes du fonctionnement des régimes de pension pour vous permettre de disposer des principaux éléments de réflexion.

L'âge légal de la pension est de 65 ans, pour tous - homme et femme-. Toutefois, cet âge légal est progressivement relevé dans le temps:

Date de la pension Âge légal de la pension
Jusqu'au 1er janvier 2025 65 ans
A partir du 1er février 2025 jusqu'au 1er janvier 2030 66 ans
A partir du 1er février 2030 67 ans

En tant que salarié ou fonctionnaire, vous pouvez continuer à travailler, avec l'accord de votre employeur. En tant qu'indépendant, le choix vous appartient de continuer à travailler ou de prendre votre pension.

Certaines catégories de fonctionnaires ont une limite dâge supérieure (par exemple, les magistrats) ou inférieure (par exemple, certains militaires).

Si l'âge légal de la pension est le même pour tous, le montant et les modalités d'octroi varient selon le statut de chacun: salarié, fonctionnaire ou indépendant.

En Belgique, le système des pensions repose sur 3 (4) piliers.

  • 1er pilier: les pensions légales
  • 2ème pilier: les pensions complémentaires ou extra-légales
  • 3ème pilier: l'épargne pension individuelle
  • 4ème pilier: l'épargne libre

Ce qui est prévu:

le 1er pilier ou la pension légale

La pension légale constitue le premier pilier des pensions. Son financement repose sur le principe de la répartition.

Ceci signifie que les cotisations, versées par les actifs - travailleurs salariés, indépendants et les agents publics -, sont immédiatement utilisées pour payer les pensions des retraités. Le système par répartition repose donc sur une forte solidarité entre générations. On comprend bien dés lors que son équilibre financier dépend du rapport entre le nombre de cotisants et celui des retraités. Les taux de croissance des revenus et de la population active occupée constituent les deux principaux facteurs d'évolution. C'est tout l'enjeu de la pérennité du système par répartition notamment en raison du vieillissement de la population et de la baisse du taux de natalité!

Ce système par répartition garantit ainsi une pension à chaque travailleur.

La pension légale est calculée en fonction de la carrière professionnelle. Elle dépend donc de votre salaire, du nombre d'années pendant lesquelles vous avez travaillé et du statut qui était le vôtre.

En Belgique, 3 régimes différents co-existent:

  • Le régime des travailleurs salariés géré par le Service fédéral des Pensions – Pensions des salariés (SFP - Pensions des salariés)
  • Le régime des travailleurs indépendants géré par Institut national d'assurances sociales pour travailleurs indépendants (INASTI)
  • Le régime des fonctionnaires géré Service fédéral des Pensions – Pensions des fonctionnaires (SFP - Pensions des fonctionnaires)

La pension est calculée selon des règles propres au régime dans lequel vous travaillez.

Si, au cours de votre carrière, vous avez travaillé dans plusieurs régimes – ce qui est de plus en plus fréquent -, il faudra vous adresser au trois organismes de gestion.

La pension légale constitue le premier pilier des pensions. Son financement repose sur le principe de la répartition.

Ce que vous pouvez prévoir:

les 2ème et 3ème piliers

Le niveau de la pension légale ne permettant pas de s'assurer un niveau de revenus équivalent à celui existant durant la vie active, des mécanismes ont été mis en place pour offrir des revenus de pension complémentaire.

Le 2ème pilier: pension complémentaire ou assurance groupe

1. Pension complémentaire ou assurance groupe

Le but essentiel de ce régime, basé sur la capitalisation (assurance groupe ou assurance vie), est de constituer un capital ou une rente de retraite. Il existe uniquement pour les salariés et certaines catégories d'indépendants (administrateurs, dirigeants) MAIS il n'est pas systématique.

Il s'agit d'un avantage extralégal proposé par l'employeur qui effectue le versement des primes. Attention toutefois, dans certains cas le salarié paie lui-même une partie de la prime.

L'âge auquel le capital ou la rente est disponible, est défini dans le règlement du contrat d'assurance-groupe ou le contrat d'assurance-vie. Cet âge ne peut être inférieur à 60 ans.

Pour les indépendants, le mécanisme du 2ème pilier constitue ce que l'on appelle la Pension libre complémentaire pour indépendant (PLCI). Pour les indépendants, il est d'autant plus important d'épargner pour la pension, que votre pension légale sera plus réduite – plus ou moins la moitié de celle du salarié.

2. Convention de pension pour indépendants (CPTI)

Depuis le 1er juillet 2018, les indépendants en personne physique peuvent désormais bénéficier d'une nouvelle possibilité en matière de pension complémentaire: la CPTI, qu'elle soit combinée ou non à une PLCI.

Voici, les grandes lignes de ce nouveau dispositif:

  • Avantage fiscal forfaitaire de 30% (à majorer de la taxe communale).
  • Constitution d'une pension complémentaire en sus de votre PLCI (Pension Libre Complémentaire pour Indépendants).
  • Possibilité d'assurer votre patrimoine contre des risques tels que l'incapacité de travail et le décès prématuré.
  • Possibilité de toucher anticipativement le capital constitué ou de le donner en gage pour financer un bien immobilier.
  • Le montant annuel pouvant être épargné et déduit fiscalement est soumis à la règle des 80%.
  • Le capital que vous avez épargné est imposé au taux avantageux de 10% à l'âge de la retraite.

Le 3ème pilier: l'épargne pension

Dans le cadre du troisième pilier, vous constituez vous-même une pension complémentaire, de manière avantageuse sur le plan fiscal. C'est une initiative personnelle. Elle repose sur le principe suivant: vous mettez, chaque année, une certaine somme de côté auprès d'un organisme financier.

L'épargne-pension offre la possibilité de se constituer, à titre personnel, un capital ou une rente de retraite. Celle-ci vous donne droit, sous certaines conditions, à une déduction fiscale calculée sur la somme versée.

Il existe 2 sortes:

Déduction fiscale

Pour bénéficier de la déduction fiscale, il faut notamment que le compte soit ouvert:

La déduction fiscale n'est accordée que pour un seul compte. Il n'est plus possible de bénéficier de l'attestation fiscale après 65 ans.

Le 4ème pilier:

l'épargne libre

Il s'agit de l'épargne que chacun se constitue mais sans avantage fiscal, via des comptes d'épargne, des fonds de placement, des produits d'assurance ou d'autres solutions.

L'immobilier est également une possibilité.